Accueil > fr > Les expositions et évènements > Forever MIAM et Psychédélices > Psychédélices

Psychédélices


Exposition Psychédélices

Héritier du surréalisme, des mandalas, cousin de la Beat Generation, de l’Op et du Pop, l’art psychédé- lique est porteur de visions irréelles flamboyantes, idéales ou cauchemardesques.
Le terme psychédélique apparait en 1957 au terme d’échanges épistolaires entre l’écrivain Aldous Huxley et le psychiatre Humphrey Osmond, il signifie
« révélateur de l’âme » et définit tout état relatif à la prise de psychotropes aux effets hallucinogènes.


©Pierre Schwartz

Au cours du XX° siècle, les substances psychédéli- ques présentes dans la nature et connues depuis des millénaires par les chamanes, sont synthétisées et font tout d’abord l’objet d’une grande curiosité scienti- fique. En Occident, entre 1947 et 1976, l’intérêt pour la recherche dans ce domaine explose, les psyché- déliques sont alors considérés comme les outils de l’exploration de l’esprit humain les plus prometteurs que la psychologie n’ait jamais connus.
Les recherches portent sur l’expérience mystique occasionnée par les hallucinogènes, l’expérience sociale et les possibles traitements de l’anxiété, des addictions ou des troubles neurologiques. Parallèlement, de nombreuses recherches scientifiques sont menées dans la sphère militaire pour tenter d’utiliser les substances psychédéliques comme des armes de guerre, sans succès avéré.
Le déclin de la vogue institutionnelle pour les psyché- déliques s’amorce en 1964, suite aux agissements de l’universitaire américain Timothy Leary, qui distribue du LSD à ses étudiants en vue d’un projet révolution- naire, hédoniste et politisé


©Pierre Schwartz - Œuvre de Julio Le Parc "Trame en mouvement virtuel"

Le MIAM défriche et présente les œuvres d’artistes français influencés par le mouvement psychédélique. De la genèse à nos jours, de nombreuses oeuvres inédites issues de collections privées et d’institu- tions seront exposées dans un kaléidoscope jubilatoire à l’image de cette parenthèse enchantée ...
Malgré une évidente disgrâce institutionnelle, les psychédéliques continuent leur propagation dans la société à partir du milieu des années 60 et trouvent un écho spectaculaire dans la musique et le domaine pictural. Si la majeure partie des plasticiens du mou- vement s’exprime avec succès sur des pochettes de disques, des bandes dessinées ou des posters manufacturés, les expres- sions comme la peinture, le dessin ou le cinéma peinent à trou- ver leur place dans les réseaux artistiques officiels. La société du spectacle permanent a immédiatement absorbé les esthétiques de l’expérience si profonde du « voyage » psychédélique, aux dépens d’une véritable reconnaissance artistique.
Privé de visibilité, ce mouvement underground sans manifeste développé dans la transe de l’expérimentation, sombre injuste- ment dans l’oubli au cours des années 1980. Pourtant, le psy- chédélisme mérite toute sa place dans la mythologie collective et l’histoire de l’art moderne.

La France, traditionnellement secouée par des courants artistiques et philosophiques d’avant-garde, a vu se déve- lopper les talents de nombreux créateurs visionnaires. Dès 1965, une poignée de dandys sortie de la Coupole à la suite de Pierre Clémenti et Jean-Pierre Kalfon tente l’expérience acide : Jean Jacques Lebel organise des happenings avec le sculpteur/cinéaste Daniel Pommereule, le groupe Manda- la autour de Jean-Claude Bailly et Jean-Pierre Guimard rend hommage au Grand Jeu cher aux surréalistes et devient prosélyte du LSD encore légal, tandis que de nombreux artistes solitaires poursuivent leurs recherches picturales en toute confidentialité.

Le Grand livre du MIAM
L’exposition PSYCHEDELICES imaginée par le Musée International des Arts Modestes, rassemble pour la pre- mière fois les œuvres de peintres et plasticiens influencés par leurs visions clandestines et définit les contours d’un mouvement artistique majeur.
Le récent regain d’intérêt pour les substances psychédé- liques dans la recherche scientifique aux USA comme en Europe, la dépénalisation de l’usage des champignons hallucinogènes dans certains états d’Amérique et les déclarations de Reed Hastings, co-fondateur et directeur de NetFlix (affirmant que l’avenir du divertissement s’incar- nerait dans les substances chimiques récréatives) font du phénomène psychédélique l’enjeu de questionnements nouveaux sur l’importance de ces substances dans nos sociétés. Psychédélices permet une immersion garantie sans danger dans l’univers psychédélique, à travers les œuvres d’artistes français ou travaillant en France.
Commissariat : Barnabé Mons, Pascal Saumade