Accueil > fr > Les expositions et évènements > Actualité > Kinshasa Chroniques

Kinshasa Chroniques


Pour la première fois, le MIAM accueille à Sète des artistes du continent africain. Ils vivent et travaillent principalement à Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo.

Pour la première fois, le MIAM accueille à Sète des artistes du continent africain. Ils vivent et travaillent principalement à Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo.
L’exposition Kinshasa Chroniques propose une approche de la capitale congolaise, troisième ville d’Afrique, née du regard d’artistes dont la pratique est ancrée dans une expérience intime de l’espace urbain. Soixante-dix créateurs individus, binômes, collectifs y disent par la plastique, par le verbe, par le son, Kinshasa telle qu’elles et ils la voient, la vivent, la questionnent, l’imaginent, l’espèrent, la contestent. La focale est éminemment
contemporaine : photographes, vidéastes, performeurs, slameurs, rapeurs, peintres, bédéistes, ils et elles sont presque tous nés après 1980. En cela, l’exposition fait écho à la démographie de Kinshasa, dont la très grande majorité des habitants a moins de quarante ans.

Engagés, à la recherche de manières nouvelles de dire et d’imaginer la ville, tant formellement qu’éthiquement et politiquement, les concepteurs que l’on rencontre ici mettent radicalement à mal clichés et images faciles.
Sur fond de déambulation une traversée de Kinshasa qui mène les visiteurs de quartier en quartier, l’exposition s’articule autour de neuf chroniques. Ces chroniques peuvent être abordées comme on aborderait la ville elle-même, de manière linéaire ou, selon l’intérêt et l’envie de chacun, en faisant des sauts, des impasses, des allers et retours.

Performance, sport, paraître, musique, capital, esprit, débrouille, futur, mémoire : si les thématiques sont diverses, elles n’ont pas pour autant l’objectif d’offrir une vision englobante de Kinshasa. Il s’agit plutôt de suggérer des pistes, ou encore des points d’entrée, pour penser l’espace urbain kinois – pistes et points d’entrée inspirés par le travail des artistes eux-mêmes. L’objectif n’est pas non plus de présenter un panorama des arts contemporains à Kinshasa : l’exposition ne se veut en rien un survol. Plusieurs générations d’artistes sont à l’œuvre dans la ville aujourd’hui, qui chacune mériterait une ou plusieurs expositions. A quelques exceptions près, qui ensemble confirment la règle, les créateurs en présence ici appartiennent à la plus jeune de ces générations. Si certains ont déjà exposé hors Congo, la plupart sont encore peu connus au-delà du milieu des arts kinois. C’est une importante lacune que Kinshasa Chroniques vise à combler.

Un objectif, encore : dialoguer via les formes, les thématiques, la scénographie avec d’autres lieux et initiatives qui se sont donné pour but d’exprimer la richesse, la complexité de la scène artistique congolaise. Biennale Picha de Lubumbashi qui, en 2017, célébrait sa cinquième édition ; ateliers, expositions, masters class organisés par le collectif kinois Eza Possibles et par Kin ArtStudio,
espace fondé à Kinshasa par le plasticien Vitshois Mwilambwe Bondo ; festivals consacrés à la performance, eux aussi à Kinshasa depuis 2015, les Rencontres Internationales de Performeurs KinAct et en 2007 les Scénos urbaines ; Afropolis : Stadt, Medien, Kunst (Rautenstrauch-Joest Museum, Cologne, 2010-2011), exposition qui consacrait une importante section à Kinshasa ; Kinshasa ville des images (Museum für Kunst und Kulturgeschichte, Dortmund, 2012) ; Beauté Congo (Fondation Cartier pour l’art contemporain, 2015) ; Urban Now : City Life in Congo (WIELS, Bruxelles, 2016) ; Congo Art Works (Garage Museum of Contemporary Art, Moscou, 2017) ; Kinshasa 2050, rendez-vous annuel lancé par l’Institut français de Kinshasa en 2017… Kinshasa Chroniques s’inscrit dans la continuité de ces précédents et d’autres encore, et par-là souhaite contribuer à l’écriture plurielle d’une histoire de l’art urbain congolais. Dans l’optique, toujours, de dialoguer, les approches proposées dans l’exposition sont celles non pas d’un commissaire individuel, mais d’un collectif de praticiens dont les membres sont issus de domaines divers. Performance, architecture, urbanisme, histoire de l’art, science politique se rejoignent et s’interrogent mutuellement. La visée est non pas de dire la ville de Kinshasa, d’énoncer une ou des vérités la concernant, mais de l’écouter,
d’apprendre d’elle.
C’est que les œuvres regroupées dans Kinshasa Chroniques narrent une ville qui a passablement à enseigner à ses consœurs d’Europe et d’Amérique du Nord. En matière de formes et de pratiques artistiques et en tant qu’espace de vie. Polycentralité, polyfonctionnalité, contigüité, densité, vitalité du commerce de quartier, économie circulaire : ces caractéristiques offrent un terreau de réflexion positif pour faire évoluer les villes au « Nord » vers plus de dynamisme social, de proximité, de fluidité fonctionnelle et de décentralisation de la production urbaine.
Avec ses quelque treize millions d’habitants et 85% de sa surface auto-planifiée et auto-construite, Kinshasa peut, en effet, être perçue comme le révélateur d’une nouvelle façon de produire la ville. La vie à Kinshasa est souvent très dure. Il ne s’agit pas de faire l’impasse là-dessus. Mais de désespoir non plus il n’est pas question ici. Et pour cause. Les portraits-catastrophe de Kinshasa, et du Congo plus largement, que véhiculent les médias au « Nord » trouvent peu
d’écho dans la production artistique de la ville. Infrastructure dévastée, chômage endémique, militarisation de l’espace, violence quotidienne ces sujets, ces obstacles, sont bien évidemment traités, mais aussi, et souvent simultanément, la poésie, l’espoir. Kinshasa, vue par ses artistes aujourd’hui, est un espace de possibles. C’est à ces possibles qu’est consacrée cette exposition.

Exposition coproduite par le Musée International des Arts Modestes et la Cité de l’architecture & du patrimoine.

L’exposition sera présentée à la Cité de l’architecture & du patrimoine au printemps 2020.


Kinshasa Chroniques – liste des artistes

DEAMBULATIONS
— Gosette Lubondo, photographie —Sinzo Aanza, installation —Olivier Kasongo, dit Olikas, photographie —Junior D. Kannah, photographie —Florent de la Tullaye, vidéo —Paul Shemisi et Nizar Saleh Hirji, vidéo —Luc Mayemba, BD
— Hervé Boliki, BD —Micky Muteba, BD —Rolly Kabuya, BD —Trésor Matameso, dit Papa Divin, BD —André Ditu, BD —Judith Kaluaji, BD —Alain-Piazza Dinsundi, BD —Albert Luba, BD —Kennedy Nzungu, BD —Éléonore Hellio, Bebson Elemba,
Danniel Toya (Kongo Astronauts), installation

CHRONIQUE 1 VILLE PERFORMANCE
— Julie Djikey, performance photographiée par Pascal Maître —Bebson Elemba, dit Bebson de la Rue, performance photographiée par Sébastien Godret —Michel Ekeba, costume et performance photographiée par Sébastien Godret —Cédrick Mbengi, dit 100% Papier, costume et performance photographiée par Yves Sambu
— Yannick Makanka Tungaditu, dit Yannos Majestikos, costumes et performances photographiées par Sébastien Godret et Azgard Wenga Itambo —Christian Bokondji, performance photographiée par Renaud Barret —Fabrice Kayumba, dit
Strombondoribo, performance photographiée par Renaud Barret —Junior Mongongou, dit 10 Bureaux, costume et performance photographiée par Dareck Tubazaya —Eddy Ekete, costume et performance photographiée par Anastasie Langu —Tickson Mbuyi, costume et performance photographiée par Nao Maltese
— Festival KinAct, vidéo de performances (Eddy Ekete, Tickson Mbuyi, Junior Mongongou, Flory Anass Sinanduku, Widjo Wiyombo)

CHRONIQUE 2 VILLE SPORT
— Dareck Tubazaya, photographie —Widjo Wiyombo, marionnettes —Rek Kandol, photographie

CHRONIQUE 3 VILLE PARAITRE
— Yves Sambu, photographie —Jean-Christophe Lanquetin, photographie
— Amani Bodo, peinture —M’Pambu Bodo Bodo, dit Bodo Fils, peinture
— Francklin Mbungu, collage

CHRONIQUE 4 VILLE MUSIQUE
— Jean Bosco Mosengo Shula, dit Shula, peinture —Roger Kangudia, photographie
— Faustin Linyekula, capture vidéo —Renaud Barret, photographie —Wilfried Luzele, dit Lova Lova, clip vidéo —Fabrice Kayumba, dit Strombondoribo, clip vidéo —Yolande Ngoy, dite Orakle, enregistrement audio —Jean Benoît Bokoli, dit
Micromega, enregistrement audio —Kongo Astronauts, enregistrement audio

CHRONIQUE 5 VILLE CAPITAL(IST)E
— Sammy Baloji, installation —Georges Makaya Lusavuvu, dessin —Sébastien Godret, photographie —Emani Koto Eko, photographie —Maurice Mbikayi, vidéo

CHRONIQUE 6 VILLE ESPRIT
— Géraldine Tobe, peinture —Aicha Muteba Makana, performance photographiée par Barry Mody —Éric Androa Mindre Kolo, installation —Mega Mingiedi, installation

CHRONIQUE 7 VILLE DEBROUILLE
— Cédrick Nzolo, photographie —Dareck Tubazaya, photographie —Isaac Sahani, photographie —Rek Kandol, photographie

CHRONIQUE 8 VILLE FUTUR(E)
— Kongo Astronauts, vidéo et photographie —Bienvenu Nanga, sculpture
— Hilaire Balu Kuyangiko, dit Hilary Balu, dessin —Sammy Baloji et Filip De Boeck,
vidéo —Nelson Makengo, photographie

CHRONIQUE 9 VILLE MEMOIRE
— Magloire Mpaka Banona, documents photographiques